INSECTES
AMPHIBIENS     MAMMIFERES     OISEAUX     FLEURS     FONDd'ECRAN     AUTRES    

 

 

 

Photo 1 : Accouplement d'Harmonia axyridis,

 

 

 

Photo 2 : Oeufs de coccinelle.

 

 

 

Photo 3 : larves de coccinelles tout juste écloses.

 

 

 

Photo 4 : Larves fraichement écloses, premier repas : tout ce qui traine, des oeufs non éclos.

 

 

 

Photo 5 : larve de coccinelle.

 

 

 

Photo 6 : larve de coccinemlle  au stade 1 dévorant un puceron.

 

 

 

Photo 7 : Larve de coccinelle, au suivant.

 

 

 

Photo 8 : exuvie de larve de coccinelle, fin 1er stade.

 

 

 

Photo 9 : larve coccinelle, stade 2.

 

 

 

Photo 10 : exuvie de larve de coccinelle de Chine, fin 2ème stade.

 

 

 

Photo11 : Coccinelle , larve stade 3.

 

 

 

Photo 12 : fin du stade 4 de larve de coccinelle asiatique, elle s'est fixée pour se métamorphoser en pupe.

 

Arthropodes :

 

les coléoptères


 

Harmonia axyridis

Coccinelle asiatique
Coccinelle de Chine 

  • Classe : Insecta
  • Ordre : Coleoptera
  • Famille : Coccinellidae
  • Genre : Harmonia

 

 

Harmonia axyridis, plus connue sous le nom de coccinelle asiatique est, tout comme nos coccinelles autochtones, un insecte de l'Ordre des Coléoptères, famille des coccinelles.
Elle répond aussi parfois au doux nom de coccinelle de Chine et aussi coccinelle arlequin. Les anglais quant à eux la nomme : multicoloured asian ladybird, ce qui augure de sa grande variabilité de couleur, donc bien difficile à déterminer.

Quelques autres noms communs que la langue anglaise lui attribue :
Asian lady beetle, Asiatischer Marienkafer, halloween lady beetle, harlequin lady beetle, Japanese lady beetle, multivariate lady beetle, pumpkin lady beetle, southern lady beetle ..

et pour les néerlandais : Veelkleurig Aziatisch lieveheersbeestje.

Elle est d'origine asiatique, elle est indigène non seulement en Chine mais aussi au Japon, en Corée et une partie de la Russie, bref, elle est asiatique.

Cette famille des Coccinellidae se caractérise par :

- une petite taille ;
- une forme presque hémisphérique (parfois oblongue) ;
- des pattes courtes et rétractables ;
- un tarse de 4 articles, le 3ème très court caché dans une échancrure du 2ème, grand et bilobé ;
- des antennes renflées à leurs extrémités ;
- des couleurs souvent vives ;
- des individus pourvus de glandes à odeur propice à éloigner les importuns, les éventuels prédateurs.

Cette famille des Coccinellidae compte environ 90 espèces rien qu'en France, dont une grande majorité est carnivore, ne se nourrissant presque exclusivement de pucerons et de cochenilles.

Et c'est bien pour cette raison que la coccinelle asiatique a été étudiée et importée en France par l’Inra en 1982, pour son utilisation dans la lutte biologique contre les pucerons. Elle est bien plus prompte à croquer du puceron, à se multiplier et à résister à un environnement difficile que nos propres coccinelles locales. Et plutôt que de favoriser les souches locales plus difficiles à élever (donc plus chères) et surtout moins voraces, on a, comme toujours, privilégié l'économique et la rapidité sans trop se poser de questions.
Et quelques années plus tard ce même organisme, sur son site, de se poser les questions essentielles : Comment la coccinelle asiatique est-elle arrivée en Europe ? Pourquoi pullule-t-elle en ce moment ? Quelles sont les routes de l’invasion ? Comment s’en débarrasser ? ..

Le mal est fait, comme toute introduction de matière vivante non indigène, généralement, si elle résiste aux conditions locales et si en plus ce vivant a été sélectionné pour sa vivacité à croquer et se reproduire, immanquablement ce vivant prendra vite le dessus sur le vivant local, et, sans réel prédateur déclaré dans ce nouvel environnement, passera très vite au statut d'invasif ...
Et pour se rassurer, on peut même imaginer que, naturellement, par les diverses échanges économiques et touristiques intercontinentaux, elle serait de toute façon venue nous visiter et nous aurait certainement envahie plus ou moins rapidement. Soit!

Puisqu'elle est là, il va falloir s'y habituer. Comment la reconnaître ? Et c’est bien là son autre problème, elle se présente sous de bien diverses manières et l’on peut parfaitement les confondre avec les coccinelles locales.

- Coccinelle asiatique, carte d'identité, comment la reconnaître :

C’est une coccinelle de grande taille qui avoisine et peut dépasser  les  8 mm. de long pour un peu plus de 6 de large, le mâle restant plus petit que la femelle.
Sa coloration varie du jaune pâle au rouge, ponctuée de noir, ou totalement à l’inverse noire à points rouges. Ce qui n'exclut pas non plus des individus totalement dépourvus de points, les maximums étant de 9 sur chaque élytre. Attention tout de même, quand on dit sans ponctuation, il faut prendre l'imago de quelques heures car, à l'émersion, ils sont tous sans ponctuation (voir les photos ci-contre d'une coccinelle à peine sortie de sa pupe, elle ne présente aucun point, ceux-ci apparaissent au fur et à mesure de son mûrissement, environ 3-4 heures).

Quant au pronotum on peut recenser 3 grands types de décoration :
    - un dessin en pattes de chat : 1 tache centrale entourée de 4 taches en demi-cercle, toutes noires ;
    - en forme de M, noir sur fond blanc ( jonction des taches en une seule ) ;
    - ou un trapèze plein, noir sur fond blanc.

 

Pronotum Harmonia axyridis
Pattes de chat M Trapèze

Le développement complet de cette coccinelle, de la ponte des oeufs à l'imago, est d'environ 18/20 jours, mais cela peut être très variable en fonction des températures, quantité et qualité de l'alimentation aux différents stades de l'évolution des larves.

Au printemps, après l'accouplement, la femelle dépose (colle) ses oeufs tout près d'une source de nourriture, le plus généralement au revers d'une feuille. La ponte compte environ 25 oeufs, ils sont ovales et mesurent 1,2 mm..
Ils sont tout d'abord jaune pâle puis foncent avec le temps.
Les larves éclosent à environ 3 jours, leur mûrissement passe par 4 stades larvaires pour aboutir à la chrysalide qui se fixe au feuillage pour effectuer sa dernière mutation vers l'insecte parfait.

La  larve de la coccinelle asiatique, est de détermination un peu plus simple que celle des adultes. Elles sont ornées de nombreux spicules, spicules à fourches doubles  sur les côtés, triples sur le dos.
De plus, chaque stade 1 à 4 du développement de cette larve présente ses codes de couleur :

- 1 er  stade  : la larve est noirâtre ;
- 2 ème et 3 ème stade : des taches rouge orangé apparaissent sur les côtés ;
- 4 ème stade : les tâches rouge orangé prennent plus d'importance ;

 

- Nourriture de la coccinelle asiatique :

Cette coccinelle est un prédateur, une machine à croquer du puceron, mais pas seulement. Son assiette est plus riche : cochenilles, psocques, psylles, aleurodes, larves de mouches (diptères), de guêpes, de papillons, de Coléoptères, d'acariens et autres petites bêbêtes à corps mou et à sa taille.
En fin de saison, quand les pucerons commencent à manquer, on a pu observer des coccinelles asiatiques se rassembler sur les fruits pour se nourrir des parties abîmées.
Les larves fraîchement écloses vont rester "au nid" une bonne heure suivant l’émergence, le temps de laisser leur cuticule durcir. Et plutôt que de ne rien faire, elles vont commencer à manger la coquille et le contenu de leur propre oeuf et pourquoi pas, s'attaquer aux oeufs non encore éclos photo 3 et photo 4
Sa larve, aux différents stades de son développement, s'attaque aussi à toutes les espèces de pucerons, mais aussi d'un peu de nectar et de pollen. Mais en cas de pénurie, suite à de trop fortes concentrations de prédateurs, les larves d'Harmonia axyridis croquent volontiers les larves concurrentes des coccinelles locales voire les autres larves de la même famille.
Une coccinelle adulte pourrait ainsi croquer plus de 200 pucerons par jour ! (à mon avis, elle ne finit pas tout! elle gaspille!)

- Cohabitation entre l'homme et la (les) Coccinelle(s) :

Et sa cohabitation avec l'homme n'est pas sans poser quelques problèmes. De plus en plus, ces dernières années, dans le Nord et l'Est de la France (pour l'instant) assiste-t-on à des rassemblements de milliers d'individus se regroupant pour chercher un refuge ou hiverner.
En effet, la coccinelle passe l'hiver à l'état d'adulte.Certainement attirées par l'émission de phéromones de quelques précurseurs, elles se regroupent non loin de leur lieu de nourrissage, sur un plan bien ensoleillé (un mur de nos maisons par exemple), puis, par toutes les fentes trouvées, se réfugient à l'intérieur. Certaines de nos coccinelles locales en font de même, mais cela ne pose que peu de problème, et passe souvent inaperçu, vu le nombre très réduit des envahisseurs.
Mis à part un pur problème de cohabitation, de partage du territoire avec ces petites bébêtes, cela ne pose aucun problème. La coccinelle asiatique, tout comme la coccinelle locale, pendant ces mois d'hiver ne se nourrit pas, ne se reproduit pas, reste inactive.
Pas de soucis sanitaire donc, aucun problème tant que l'on reste dans une proportion raisonnable, mais comment réagir confronté à une invasion de dizaines de milliers d'individus ?
Peut-être un futur objectif pour nos chercheurs qui ont étudiés et favorisés son introduction : trouver un répulsif (moyennant finances, bien évidemment).

Tiens, j'oubliais, encore un petit détail de cohabitation avec Coccinella Asiatica :
Un jour, un de mes collègues, sur la plage, s'est retrouvé "envahi" de quelques coccinelles. Notre ami donc se retrouve avec quelques sujets sur sa peau bien bronzée. Jusque là, pas grand chose d'extraordinaire quand, répondant à on ne sait quel ordre, les effrontées se mettent à le croquer ! Tu savais que la coccinelle pique ! me dit il.
Bien sûr, je ne l'ai pas cru. Tu aurais du mettre un chapeau, c'est pas très prudent, on appelle cela un coup sur la tête..
Et bien c'est fait, maintenant je le crois ayant servi moi aussi de puceron à deux individus qui se sont attaqués à moi pendant ce petit reportage autour de cette bébête.
Non la coccinelle ne pique pas, ni à la manière d'une abeille avec son dard, ni à la manière d'une punaise avec son rostre. La coccinelle vous croque de ses puissantes mandibules comme une vulgaire proie, un vulgaire puceron. Pourquoi ? Question à laquelle je ne saurais répondre. En tout cas, nos coccinelles locales (Coccinella localis) n'ont jamais eu cette réputation de mordre l'homme, du moins pas à ma connaissance. Comme tous les gamins, (enfin avant les consoles vidéos), on jouait avec les coccinelles, les bêtes à bon dieu sans leur faire de mal. Aucun souvenir de m'être fait mordre, ni moi, ni les autres. C'est d'ailleurs un des rares insectes à jouir d'une très bonne réputation, un insecte qui n'effraye et ne repousse personne.

Photos gauches :

Photo 1 : accouplement de Harmonia axyridis
à noter le mâle parasité très certainement par : Hesperomyces virescens (Champignon Ascomycota, : Laboulbeniales) ;
Photo 2 : les oeufs, une petite trentaine, la ponte classique pour notre coccinelle asiatique ;
Photo 3 : quelques jours d'incubation et de minuscules larves sortent de leurs coquilles, ce sera d'ailleurs leur premier repas, grignoter les restes des oeufs et, éventuellement, les oeufs non éclos. Imaginez la taille de l'ensemble de cette tache, oeufs et larves : 3 mm. ;
Photo 5 : larve de coccinelle de Chine qui part en quête de quoi se mettre quelque chose sous la dent.. Elle mesure pour l'instant 1,5 mm. ;
Photo 6 : tient, un beau puceron, si on gouttait un peu, et notre larve de coccinelle se jette sur sa proie ;
Photo 7 : passons au suivant, notre larve coccinelle repart en quête d'une autre victime, et ce, environ 100 à 200 fois par jour ! ;
Photo 8 et 10 : exuvie, reste du tégument de larve de coccinelle après la mue ;
Photo 11 : larve de coccinelle stade 3 ;
Photo 12 : fin stade 4 larve de coccinelle asiatique, elle s'est fixée sur une feuille pour se muer en pupe (stade nymphal), on parle parfois de prépupe ( prépupe : état de la larve qui précède celui de la pupe, et durant lequel celle-ci ne s'alimente pas).


Photos droites haut :

Première série : Larve de la coccinelle asiatique qui vient tout juste de se fixer à une feuille par une sorte de colle (émise par l'extrémité de l'abdomen) ; une prépupe qui doucement se débarrasse de son enveloppe après quelques mouvements.

rie 2 : 4 jours après s'être fixée à un support, notre pupe donne naissance à l'insecte parfait : l'imago de la coccinelle de Chine.
Sauf que, pour être réellement parfait, il lui faudra patienter encore quelques heures, le temps que le corps sèche et prenne ses couleurs définitives : c'est la chiromanciennes : apparition, acquisition progressive des couleurs pour prendre l'aspect de l'imago, l'insecte parfait.

Série 3 : Cas de cannibalisme inter et intra guilde ; rien de très extraordinaire, ces cas de cannibalisme ont déjà été rapportés de nombreuses fois de nos coccinelles locales, mais, comme la coccinelle asiatique a été sélectionnée pour son aptitude à la voracité, ce cannibalisme risque de faire énormément de dégâts sur les formes locales de nos coccinelles ...

à suivre ...

 



 
Série 1 : de la prépupe à l'imago,
     
Photo 1D : larve stade 4 d'Harmonia axyridis.    
    Photo 2D : Pupe d'Harmonia axyridis.
Photo 3D : Pupe d'Harmonia axyridis.    

 

 

 

 

  Photo 4D :  Harmonia axyridis, de la pupe à l'insecte parfait.
     

 





 

Série 2 : Chromatogenèse,
     
Photo 5D : la coccinelle de Chine vient tout juste de sortir de sa dernière enveloppe ...    
    Photo 6D : position idéale pour notre coccinelle ..
Photo 7D : pour sécher et les ailes et sa carapace encore toute molle ..    
    Photo 8D : une fois les ailes séchées, la coccinelle cherche un abri...
Photo 9D : pour effectuer la Chromatogenèse ..    
    Photo 10D : il aura fallu 5 bonnes heures pour que notre coccinelle soit parfaite .. : l'imago.

 

 





 

 

Série 3 : cannibalisme inter et intra guilde,
     
    Photo 11D : une larve de coccinelle à 2 points mise en contact avec  larve de coccinelle asiatique ...
Photo 12D : .. le temps pour notre asiatique de la trouver .. et ne fait qu'une bouchée ...    
    Photo 13D : .. de cette coccinelle locale ..
Photo 14D : 2 heures plus tard, de notre future coccinelle locale ne reste qu'une flaque (de sang) et un minuscule bout de patte ...    
    Photo 15D : .. mais notre larve de coccinelle asiatique n'en reste pas là ...
Photo 16D : la voilà qui s'attaque à une  larve de coccinelle asiatique ...    
    Photo 17D : pour n'en faire aussi qu'une bouchée ..
Photo 18D : Voilà tout ce qu'il reste de la larve de coccinelle asiatique ..    

 

 





 

Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.
| ChampYves : les champignons | ChampYves : côté nature |

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -