INSECTES
AMPHIBIENS     MAMMIFERES     OISEAUX     FLEURS     FONDd'ECRAN     AUTRES    

 

Photo 1 : 01/06/05

 

Photo 2 : 09/06/05

 

Photo 3 : 14/06/2005, une ouvrière de guêpe des buisson qui commence une nouvelle couche.

 

Photo 4 : 27/06/05 , la nouvelle enveloppe est bientôt terminée.

 

Photo 5 :28/06/2005, l'entrée est nettement de côté.

 

Photo 6: 28/06/2005

 

 

Arthropodes :

 

Hyménoptères :


Dolichovespula media (Retzius, 1783)

  • Classe : Insecta
  • Super-ordre : Endopterygota
  • Ordre : Hymenoptera
  • Sous-ordre : Apocrita
  • Super-Famille : Vespoidea
  • Famille : Vespidae

La guêpe des buissons
Petit frelon

 

Photo 7 :  02/06/05 : la reine. . . Photo 8 : 02/06/05 , la reine.

 

finlandais : Pensasampiainen
allemand : Mittlere Wespe / Kleine Hornisse
anglais : Median Wasp

 

Dolichovespula media est une grosse guêpe de 15 à 25 - 30 millimètres (ouvrières de 15 à19 mm, reine de 22 à 30 mm) qui vit en colonie de taille moyenne à grande. De coloration variable, les ouvrières et les mâles sont plus grands et plus foncés que la guêpe commune, l'abdomen présentant des bandes noires plus larges, les bandes jaunes du thorax étant aussi plus fines, la base des antennes est jaune. La reine plus grande, rappelle par sa coloration rougeâtre un frelon de petite taille.
Photo 9 : 09/06/05, reine et ouvrières.

 

Le nid de cette guêpe, contrairement aux frelons, ne sera jamais fait dans une cavité (arbre ou autre), mais toujours en extérieur dans un buisson, entre 1 à 2 mètres du sol, ou parfois accroché à un bâtiment. Au début, il est de forme sphérique d' environ 5 à 6 cm. de diamètre avec une ouverture en forme de tube vers le bas, puis au fur et à mesure du développement de la colonie, il grossit pour devenir franchement piriforme avec une ouverture basse sur le côté et sans tube. Il est fait de couches successives de papier mâché, rajoutées inlassablement jours après jours par les ouvrières, jusqu'à atteindre une taille d'environ 25 cm, l'intérieur composé de 5 à 7 étages de rayons ; la colonie peut aller alors jusqu' à 500 membres, mais plus généralement les nids ne dépassent guère 150 ouvrières
Photo 10 : 15/06/05

Le régime alimentaire de cette guêpe se compose de petits insectes, notamment moucherons et mouches.Ils sont découpés sur place et apportés au nid que les ouvrières mâchent et distribuent aux larves. Le nectar des fleurs n'est pas dédaigné non plus et vient en complément alimentaire à ce régime de prédateur.

Peu d'agressivité chez cette guêpe au nid aérien, elle ne viendra pas vous déranger pendant votre sieste à l'ombre du parasol, pas de grosses inquiétudes non plus pendant les prises de vues, pourvu que les gestes soient sans à-coup, vous pourrez vous en approcher de très près.
Par contre, en cas d'agression du nid, elle défendra avec vigueur les alentours, fonçant sur tout étranger qui la menace, même la reine s'en mêle, lâchant des gouttes, sans doute un signal chimique d'attaque. De toute façon, rien qu'à les observer, on s'aperçoit tout de suite qu'elles sont agacées et il est plus que temps de prendre un peu de distance, quelques mètres suffiront à calmer les guêpes qui se réunissent sur le nid , se touchent de leurs antennes puis rentrent assez vite poursuivre leur travail.

---------------------------------------

Photo 11 : 29/06/05      Photo 12 :11/07/2005      Photo 13 :30/07/2005

Photos prisent du 01/06/2005 au 15/08/2005 sur un même nid ayant subit 4 grosses agressions : une première par un orage et trois autres par un prédateur, sans doute un oiseau, mais lequel ???, et à chaque fois reconstruit tant que la reine permet à la colonie de se reformer. Dès que celle-ci disparaît, la colonie continue de s'occuper des larves s'il en reste, mais très vite le groupe décline et meurt.

Photo 11 : le nid après un gros orage de grêle (grêlons > 2 cm de diam.), bien endommagé, troué, vision des rayons : peu importe, on rebouche et quelques jours plus tard, il est à nouveau parfait, seule, l'excroissance déchirée restera visible.

Photo 12 : une très grosse agression, la moitié inférieure du nid gît à terre, la calotte supérieure est restée accrochée à une vingtaine de cm plus bas que son origine visible sur la photo 12, c'est là que la colonie reprendra ses activités, à partir de ces restes, on recommence le nid ; puis nouvelle agression vite réparée sur photo 13 et encore une attaque fatale qui mettra fin à la vie et l'observation de ce nid.

 

13/09/05





Photo et textes © Jean Yves Bernoux
Textes et photographies sont et restent la propriété de l'auteur. Sauf utilisation strictement personnelle ou intra-scolaire, toutes utilisations nécessitent une entente préalable.
| ChampYves : les champignons | ChampYves : côté nature |

ChampYves le site aux mille champignons crée le 07/11/2002 - Copyright JYB Unltd 2002 -Tous droits réservés
- champignons - champignon - champis - mycologie - arbres - arbre - écorces - écorce - recettes de cuisine - recette - forêt - nature -