Sceliphron caementarium Drury 1773


Pélopée maçonne
Pélopée
Sceliphron


.cz : Kutilka americká
.de : Amerikanische mauerwespe
.nl : Amerikaanse langsteelgraafwesp
.uk : Black-and-yellow Mud Dauber

Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne

Cette Pélopée maçonne (caementarium de caementum = moellon, ciment + suff. -arius = évoquant, appartenant à) est une guêpe noire à une longue taille mince marquée de nombreuses zones jaunes assez variables. La taille, le pétiole abdominal ou pédicelle est noir, il est d'une taille identique au reste de l'abdomen : le gastre dont le premier segment est teinté de jaune, le reste étant noir.
Autres caractères marquants pour déterminer cette guêpe : les scapes (ou premier article de l'antenne), les tégulas (petites écailles protégeant la base des ailes), l'apex du thorax sont jaunes. Quant aux pattes, les tibias antérieurs et médians sont totalement jaunes, la première moitié des fémurs antérieurs et médians est noire, les fémurs postérieurs entièrement noirs. Les ailes sont fumées.

Une guêpe dont la longueur varie de 24 à 30 mm, les femelles étant légèrement plus grandes que les mâles, ces derniers n'excédant pas les 25 mm.

C'est une guêpe solitaire, dite maçonne. Les nids sont fait de grappes de cellules tubulaires, jusqu'à 25, montées en structures rectangulaires Nid de Pélopée maçonne.. Juste après l'accouplement, elles sont construites, par la femelle seule, en matériaux fait d'un mélange d'argile et d'eau, un mortier de boue que la femelle malaxe et dépose jusqu'à former un premier cylindre. Pour approvisionner cette première cellule, elle part en chasse, visant essentiellement des araignées, une quinzaine et parfois bien plus selon la taille des prises, de sorte à remplir la cellule. Puis elle pond un oeuf, blanc-crème, petit cylindre plus ou moins courbe de 3 à 4 mm, oeuf unique par cellule déposé sur une des proies paralysée par la piqûre de la guêpe. Ce premier cylindre, première cellule, est refermé avec un opercule de boue et la guêpe poursuit la construction du nid par une seconde cellule, ainsi de suite.
L'oeuf éclos quelques jours après la ponte et immédiatement la larve se met à consommer les proies à disposition. Elle consomme l'ensemble du stock en 1 à 3 semaines, fonction des conditions locales, puis se nymphose. Elle passera la mauvaise saison en diapose (ralentissement du développement pendant les périodes défavorables), dans son cocon, l'émergence interviendra dès les premières chaleurs, au printemps.

Dans la nature, Sceliphron caementarium construit les cellules de son nid dans des endroits à l’abri de la pluie. Aux contacts de l'homme, elle le construira, toujours à l'abri des intempéries, dans des endroits les plus inattendus de la maison, avant-toits, remises, greniers, fermes, hangars, ponts ...

Les mâles ne participent ni à la garde ni à la construction du nid, mais se regroupent autour des fleurs, se nourrissant de nectar en attendant de s'accoupler.

Une guêpe visible de juin à septembre, originaire d'Amérique du Nord, très certainement introduite en Europe et en France dans les années 70.

Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne
Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne
Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne
Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne, cellules
Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne
Pélopée maçonne, pupe.
Sceliphron caementarium, Pélopée maçonne, contenu de la cellule
Domaine : Biota
Règne :
Animalia
S/Règne : Eumetazoa
Embr.: Arthropoda
S/Em : Pancrustacea
Classe : Hexapoda
S/Classe : Insecta
Ordre : Hymenoptera
Famille : Sphecidae
S/fam : Sceliphrinae
Genre : Sceliphron

Nom accepté : Sceliphron caementarium Drury 1773
Synonymes :

Pelopaeus solieri de Saint Fargeau 1845
Pelopeus tahitensis de Saussure 1867
Pelopoeus architectus de Saint Fargeau 1845
Pelopoeus canadensis F.Smith 1856
Pelopoeus nigriventris A.Costa 1864
Pelopoeus servillei de Saint Fargeau 1845
Sceliphron affine Fabricius 1793
Sphex affinis Fabricius 1793
Sphex caementarius Drury 1773
Sphex economicus Curtiss 1938
Sphex flavipes Fabricius 1781
Sphex flavipunctatus Christ 1791
Sphex flavomaculatus De Geer 1773
Sphex lunatus Fabricius 1775

   Source : catalogueoflife.org


=> Plan du site  Tout le glossaire <=       - 03/07/2020 -
FacebookTwitterYou Tube