Ficaria verna Huds.  1762
Ficaria ranunculoides Roth 1788


Lathyrus latifolius, Ficaria verna

Ficaire
Ficaire printanière
Renoncule ficaire
Fausse-renoncule

.de : Scharbockskraut
.es : Botón de oro
.cn : 榕叶毛茛
.da : Vorterod-slægten
.fi : Mukulaleinikki
.hu : Salátaboglárka
.jp : ヒメリュウキンカ
.nl : Speenkruid
.no : Vårkål
.se : Svalört
.sk : Blyskáč jarný
.uk : Lesser celandine

Cette Ficaria ranunculoides est une plante vivace (géophyte à racine tubéreuse) basse, à tige plus ou moins ramifiée, érigée-dressée mais le plus souvent couchée, rampante, décombante s'enracinant facilement aux nœuds. Une tige longue de 10 à 30 (40) cm, pleine et de section ronde. Elle est lisse, glabre, blanc verdâtre parfois teintée de violacé vers la base.

Au long de cette tige, les feuilles sont alternes ou opposées, feuilles à long pétiole engainant glabre creusé d'un sillon lui donnant une coupe transversale en U. Elles sont simples, entières, charnues, à bords faiblement crénelés, sinuées anguleuses, cordiformes. Avers et revers sont glabres, vert brillant et nettement marqués de sillons en réseaux bien visibles sur les deux faces.
Si la plante se trouve en un endroit ombragé et humide, elle pourra produire de petites sphères à l'aisselle des pétioles et des feuilles, ces petites bulbilles assurant la multiplication végétative de la plante.

Printanière, la floraison démarre dès le début du mois (mars) d'avril et se poursuit jusque fin juin.
Les fleurs, 2 à 3 cm de diamètre, sont uniques, terminales à l'extrémité d'un long pédoncule. Le calice se compose de 3 sépales libres, ovales, caducs dès la formation du fruit. La corolle, en étoile, est formée de 6 à 12 pétales égaux, étroits (moins de 6 mm), libres, à sommet plus ou moins arrondi/pointu, jaune vif brillant dessus, jaune verdâtre dessous. Dans la vétusté, les pétales blanchissent avant de tomber. Les fleurs comptent de 20 à 40 étamines, libres. Les carpelles très souvent stériles.

Les fruits sont des akènes (de 10 à 20), globuleux, pubescents, avec une surface lisse. Ils sont dépourvus de bec ou d'arête. Les graines germent difficilement, la plante se propageant essentiellement par voie végétative grâce aux tubercules et aux bulbilles.

Une vivace d'ombre ou mi-ombre, très fréquente partout en France ainsi qu'en Corse, qui apprécie les zones fraîches et humides, bois clairs de feuillus, bords des fossés, ruisseaux, marécages, aulnaies, prairies ... de la plaine jusqu'à 1500 mètres d'altitude.

Une plante populaire, aux nombreux pseudonymes, riche en vitamines, notamment en vitamine C. Cette plante était autrefois utilisée comme plante médicinale propre à lutter contre le scorbut. D'ailleurs, un de ses noms vernaculaires en dit long sur l'utilisation que l'on pouvait (on peut) en faire : Herbe aux hémorroïdes ... de plus on l'utilisait en remède contre bien d'autres affections : enflures articulaires, plaies gingivales, gale, verrues ... mais attention, c'est une plante vénéneuse, irritante, une simple manipulation sur une peau sensible peut entraîner une congestion passagère ou une ampoule, bref, aucune manipulation ou utilisation sans, bien évidemment, un avis médical !



Ficaria verna, Ficaria ranunculoides.
Ficaria verna, Ficaria ranunculoides.
Ficaria verna, Ficaria ranunculoides.

Autres noms vernaculaires :

Ficaire printanière, Renoncule ficaire, Épinard des bûcherons, Ficaire fausse-renoncule, Éclairette, Petite chélidoine, Billonée, Ficaire à bulbilles, Petite éclaire, Herbe aux hémorroïdes, Petite chélidoine, Petite scrofulaire, Jauneau, Pissenlit rond, Pot de beurre ...

Quelques synonymes :

Ranunculus ficaria L. 1753

Ranunculus praecox Salisb. 1796

Scotanum ficaria (L.) Raf. 1815

Ranunculus claviformis Dulac 1867

Ficaria aperta Schur 1877

Ficaria degenii Hervier 1905


Ficaria verna, Ficaria ranunculoides.
Ficaria verna, Ficaria ranunculoides.
Ficaria verna, Ficaria ranunculoides.

Domaine : Biota
Règne :
Plantae
Classe :
Equisetopsida
Ordre : Ranunculales
Famille : Ranunculaceae
S/Famille : Ranunculoideae
Tribu : Ranunculeae
Genre : Ficaria

Recherche


      Le Dico local !

carpelle (n. masc.) : la fleur est un rameau spécialisé qui porte les organes reproducteurs. Ses éléments sont des feuilles modifiées. Le périanthe se compose soit de tépales, soit de pétales et de sépales (corolle et calice). Les organes mâles (androcée) sont les étamines ; les organes femelles (gynécée) sont les carpelles dont l'ensemble forme ce que l'on appelle le pistil. Le carpelle est l'appendice femelle de la fleur, homologue de la feuille végétative, formant les ovules sur la partie inférieure de sa marge. Les carpelles constituent le gynécée de la fleur et deviennent un fruit après fécondation. RETOUR

cordiforme ou cordé, ée (adj.) : en forme de cœur (en bot., se dit surtout d’une feuille). RETOUR

décombant, ante (adj.) : se dit d’une tige qui retombe vers le sol ou de feuilles qui se recouvrent comme les tuiles d’un toit. RETOUR

géophyte (adj. et n. fém.) : se dit d’une plante vivace dont la survie d’une saison à l’autre se fait par des bourgeons situés dans le sol. C’est le cas des plantes à bulbe.Syn. : cryptophyte. RETOUR

tubéreux, euse (adj. de tuberculeux = tubercule.
tubercule (n. masc.) : organe souterrain épaissi par l’accumulation de matériaux de réserves. (Il peut s’agir d’une portion de tige, d’un bourgeon, d’une ou de plusieurs racines. Certains tubercules se séparent de leur plante mère, dont ils assurent la reproduction végétative ex : la pomme de terre.) RETOUR


==>> Les autres fleurs        rouges - blanches - bleues - jaunes - autres

=> Plan du site Tout le glossaire <=       - 11/04/2023 -